banner


Bien que l'extraction du charbon y soit attestée depuis le 17ème siècle, la commune de Vottem resta relativement peu exploité dû à la proximité de la Meuse et à l'interdiction de creuser sous elle. À cette époque, on retrouve plusieurs fosses importantes dans la région mais c'est à l'aube du 19ème siècle que plusieurs sièges se démarquent sous la supervision de Joseph-Frédéric Braconier. En 1824 fut fondée la Société Charbonnière de la Grande Bacnure et, bien que ses deux sièges existent déjà (Gérard Cloes ayant été foncé sur le siège du bure Thiers Navette à Bernalmont), sa concession ne sera actée qu'en 1830. D'une superficie de 275 hectares et couvrant les communes de Liège, Bressoux, Herstal et Vottem, celle-ci sera portée à 290 hectares en 1862. À cette époque, 260 ouvriers travaillent pour la société qui voit ses installations augmenter avec les années.

Le jeudi 15 juin 1865, une venue d'eau provenant d'un ancien chantier envahit les tailles de l'étage -220mètres du siège Gérard Cloes. À ce moment, 164 mineurs travaillent à cet étage dont une partie est occupée à déhouiller la "Veine des Cinq Pieds". La plupart de ces ouvriers, surpris par l'arrivée massive d'eau, meurent noyés dans le chantier mais certains mourront par asphyxie suite à la saturation de l'air en gaz sulfuré. Les premiers sauveteurs retrouvent une jeune fille vivante parmi les cadavres. Prise d'asphyxie et de délires, celle-ci meurt peu de temps après son évacuation et rejoint le triste bilan de 29 mineurs tués, 15 hommes et 14 femmes. À l'aube du 20ème siècle, un triage est inauguré au siège N°1, un site d'exploitation qui possède une situation stratégique dû à sa proximité avec le port de Coronmeuse. En 1920, la Grande Bacnure fusionne avec la société charbonnière de la Petite Bacnure, une autre société appartenant à la famille Braconier. Attesté depuis 1658 sous le nom de Petite Backeneure, ce siège possède une concession de 238 hectares pour 227 mineurs. La société change alors de nom pour devenir la Société Anonyme des Charbonnages de la Grande Bacnure.

Trois sièges sont en activité :

- Le siège 1 de Coronmeuse,
- Le siège 2/3 Gérard Cloes,
- Le siège de la Petite Bacnure.

Pour faciliter l'évacuation de la production, ces trois sièges sont connectés par un tunnel qui partait de l'étage -30m de la Petite Bacnure pour arriver à Coronmeuse via l'étage -47m du siège 2/3, un second convoyeur permettant d'évacuer les stériles vers le terril de la Grande Bacnure.
Après la seconde guerre mondiale, seuls les sièges Gérard Cloes et Petite Bacnure continuent à produire, le siège de Coronmeuse ne servant plus qu'à l'exportation des produits. De nouvelles installations de triage sont construites sur le siège de la Petite Bacnure qui devient alors le siège central de la société. 2012 ouvriers travaillent alors pour la société mais, en 1960, le siège Gérard Cloes met fin à son exploitation, ses puits étant désormais destinés à l'aérage de la Petite Bacnure qui ferma à son tour en 1971.

      Reportage sur les anciennes bornes de puits de la S.A. des Charbonnages de la Grande Bacnure.
Copyright (c) / Photos by Nicolas Elias, Xavier Fer & Laura Dambremont