banner
Allemagne - Bassin du Sauerland

 Pyrite  Manganèse  Fer

Fortuna


Förderverein Besucherbergwerk Fortuna E.V.



Les premières traces d'une mine de fer à l'emplacement de grube Fortuna remontent à l'antiquité mais c'est véritablement en 1847 que l'extraction industrielle débute. La superficie de la concession est alors de 1.035712 m² et est dirigée par la famille Solms-Braunfels, des industriels qui possèdent plusieurs mines dans le Sauerland ainsi que l'aciérie Georgshütte à Burgsolms qui sera reliée à Fortuna grâce à un téléphérique de 3.6 km de long. D'abord à ciel ouvert, la mine devient souterraine en 1901, lors du fonçage du puits N°1 qui atteint la profondeur de 44mètres dès 1902. En 1906, les Solms Braunfels vendent la concession minière  à la Fried Krupp AG, société métallurgique immense basée à Essen dans la Ruhr. Désireuse d'augmenter la production de minerais de fer pour ses hauts fourneaux, les Krupp achètent l'ensemble des terrains environnants et portent la concession à plus de 4,6 millions de km².
En 1907, un deuxième puits est creusé à Fortuna, il atteint rapidement les 150 mètres de profondeur et sert principalement pour le transport. Pour évacuer le minerais, un deuxième téléphérique de 3,28 km de long est construit pour relier la mine à la gare de triage d'Albshausen. La première guerre mondiale épargne le siège mais des dizaines de prisonniers de guerres seront contraints au travail forcé sur les chantiers jusqu'à l'armistice de 1918. En 1943, le chevalement du puits N°1 s'effondre suite au pourrissement progressif de sa structure en bois. Suite à cet incident, un tunnel est percé dans la roche jusqu'à la recette située à trente mètres de profondeur et c'est par ce tunnel que les ouvriers descenderont par la suite. En 1953, la Harz Lahn Erzbergbau AG fait l'acquisition d'une grande partie des mines de fer de la région dont grube Waldhausen et Grube Eppstein. Cette société est détenue à 50% par les Krupp et à 25% chacun pour Hoesch et Klöckner, des industriels allemands spécialisés dans la métallurgie.

Dans les années soixante, un appauvrissement général des gisements poussent les investisseurs de la Harz Lahn Erzbergbau AG à rechercher du minerais ailleurs. La fosse Fortuna continue d'extraire en équipe réduite mais plusieurs mines du Sauerland ferment leurs portes. En 1966, la mine de manganèse et de cuivre de Waldhausen ferme ses portes. Active depuis 1822 et détenue par les Krupp depuis 1897, cette mine a produit au cours de sa vie 919.687 tonnes de minerais. La crise d'après guerre entraîne malheureusement l'arrêt d'une multitude d'aciérie allemandes et en 1981, Sophienhütte, une aciérie de Wetzlar et principal client de la mine, ferme ses portes.
Grube Fortuna ferme ses portes le 3 mars 1983 et dès le 16 mai, une majorité d'anciens mineurs du site sont réembauchés dans le but d'ouvrir une mine témoin destinée au secteur touristique. Grâce au soutien des villes et communes de Wetzlar, Asslar, Solms, Braunfels, Leun et Ehringshausen, le musée de la mine de Fortuna est ouvert dès 1985 et permet aux visiteurs de descendre à 150 mètres de profondeur et de rejoindre les chantiers grâce à un train de mine
( une vidéo de ce voyage en train est visible ici ).
La Harz Lahn Erzbergbau AG fut dissoute en 2003 et sa dernière mine en activité, Barbara Rohstoffbetriebe GmbH, fut reprise par la société de carrière Ferdinand Wesling GmbH & Co. Cette mine de fer est toujours en activité en 2018.

Je remercie Xavier Fer pour sa vidéo du train.

      Visite de la mine et du siège Fortuna,un des plus beaux vestiges de la région.

      Visite des vestiges de grube Waldhausen, une superbe mine perdue du Sauerland.

Copyright (c) / Photos by Nicolas Elias, Xavier Fer & Laura Dambremont