banner
Allemagne - Bassin du Niedersachsen

 Fer  Charbon  Sel

Erzbergwerk Grund


Erzbergwerk Grund



Les premières traces d'extraction du minerais de fer à Bad Grund datent du 16ème siècle. Quatre mines se partagent alors la zone :

- Hilff Gots im Grund ( active dès 1564 )
- Silberner Nagel ( 1570 - 1633 )
- Haus Braunschweig ( 1577 - 1680 )
- Isaacstanne ( 1740 - 1751 )

A cette époque, l'extraction reste très artisanale et ce n'est qu'au 19ème siècle que les mines de fer de Bad grund prennent enfin leur envol.
En 1819 est née la Bergwerkswohlfahrt, une société spécialisée dans l'extraction du fer et du plomb. Son puits principal, le puits Meding, commence à extraire dès 1829 et devient rapidement un des sièges les plus important du Harz. Cependant, en 1831, un nouveau siège voit le jour à l'emplacement de la mine d'Hilff Gots im Grund. Ce nouveau siège, renommé Hilfe Gottes, supplante rapidement les autres sites de la région et en 1855, il se voit doté d'un puits secondaire, le puits Knesebeck. Ce puits servira principalement au transport de matériel et à la ventilation des chantiers.

En 1907, le puits Achenbach est mis en service dans le but de remplacer les installations vieillissantes d'Hilfe Gottes. Un convoyeur électrique est mis en service sur le site et dans les années qui suivirent, l'intégralité de la production des puits annexes fut centralisée et triée à cet endroit. En 1923, la Preussag AG reprend à son compte l'intégralité des mines du Harz Occidental et les associe sous le nom d'Erzbergwerk Grund. Née également en 1923, la Preussag Ag, formée par la reconversion des mines de Prusse en entreprise publique, devient actionnaire dans une majorité des bassins d'exploitations houillères et salines ainsi que dans les fonderies comme celles de Salzgitter. Ses sièges allemands les plus rentables sont alors situés à Ibbenbüren , Bad Oeynhausen , Barsinghausen, Bleicherode, Goslar et dorénavant dans le Harz.
En 1933, un nouveau puits d'aérage est foncé à un kilomètre d'Achenbach, le puits Ouest atteint une profondeur de 518m et est situé dans la section la plus argentifère du bassin.
La course à l'armement participe grandement à l'essor de la société et en 1934, la concession des mines de Bad grund s'agrandit de manière exponentielle. De nouveau gisements sont rapidement découverts dans l'ouest et le siège Achenbach est modernisé peu avant le conflit. Le puits Wiemannsbucht est mis en service en 1951, il est équipé d'un skip et sert à l'évacuation des déchets miniers. Entre 1970 et 1973, d'importants travaux de modernisation sont mis en place et les mines se voient équipées de machines modernes pour faciliter l'extraction. En surface, le réseau ferré est lui aussi modernisé et de nouveaux trains à grande capacité sont mis en service. En 1976, le puits Achenbach se voit équipé d'un nouveau chevalement ultra moderne. Sa capacité de production passe rapidement de 260.000 tonnes à 450.000 tonnes de minerais par an.
La crise fait malheureusement beaucoup de tors à la société et la concurrence étrangère n'arrange en rien la situation. Malgré tous les efforts de rationalisation, la production sera arrêtée le 28 mars 1992 en raison d'une nouvelle baisse des prix des métaux sur le marché mondial. Près de 200 mineurs perdent alors leur emploi. Au total, plus de seize millions de tonnes de minerais ont été extraites du sous-sol de Bad Grund dont 1 million de tonnes de plomb, 700.000 tonnes de zinc et 2.500 tonnes d'argent.
Après la cession de Salzgitter AG en 1997, le groupe Preussag rachète la compagnie maritime Hapag-Lloyd et devient ainsi une entreprise tournée vers l'industrie des loisirs. Preussag deviendra en 2002 le N°2 du secteur touristique mondial sous la dénomination de Tui ( Touristik union International ).

En 2014, le puits Ouest est démonté et remonté à 200km de là, dans la ville de Steinbach an der Sieg. Il fut rebaptisé "Barbaraturm" et est visitable gratuitement.

      Reportage sur le siège Hilfe Gottes, le siège central de la société.

      Reportage sur le chevalement du puits ouest de la société, transféré après sa fermeture à Steinbach an der Sieg.

      Reportage sur le siège Knesebeck, devenu musée de la mine après sa fermeture.

      Reportage sur le siège de Wiemannsbucht par un temps épouvantable.

      Reportage sur le chevalement du puits Meding, le siège principal de la Bergwerkswohlfahrt.

      Reportage sur le siège Ottiliae, un site en pleine rénovation lors de mon passage.

      Reportage sur le siège Kaiser Wilhelm, la mine la plus à l'est de la société.
Copyright (c) / Photos by Nicolas Elias, Xavier Fer & Laura Dambremont