banner


L'exploitation du fer à Willroth débuta au 13ème siècle et jusqu'en 1771, l'extraction se faisait grâce à des travailleurs autonomes. Dès le début du 17ème siècle, la mine se retrouve sous domination prussienne et c'est à cette période que Grube Georg prit son essor. Un puits de 90m fut foncé et de nouvelles installations industrielles furent construites. En 1865, les mines de la région furent reprisent par Alfred Krupp qui modernisa les installations, fit foncer un nouveau puits et fit construire deux chevalements, augmentant ainsi le rendement de la mine. Une machine d'extraction de 20CV fut placée au puits 1 et le puits atteint la profondeur de 155m.
En 1898, un système de transport aérien fut construit pour amener les berlines de minerai de grube Louise et de grube Grimscheid jusqu'au triage de Georg. Cependant ces deux mines fermèrent en 1925 et le téléphérique fut abandonné. En 1926, la Sieg-Lahn-Bergbaugesellschaft MBH acquiert la mine et modernise à nouveau les installations. De nouveaux équipements électriques sont installés et un nouveau triage est inauguré. Grube Georg est momentanément mis à l'arrêt durant la crise économique mais il reprend du service en 1933 sous l'impulsion du troisième Reich.
La guerre épargne la majorité des installations mais l'exploitation est en grande difficulté. En 1952, le puits N°2 est démoli alors que le puits N°1 atteint 913m de profondeur.

En 1953, grube Georg est reprit par la Erzbergbau Siegerland AG, une société qui possède les mines de fer les plus importantes du Siegerland. Celle-ci pousse la production à 115.000 tonnes de minerai par an pour 5457 employés. Le triage est abandonné et tout est centralisé au lavoir d'Eisenzecher.
Dès 1955, les fosses les moins rentables ferment leurs portes et en 1960, il ne reste que six puits en exploitation. Le lavoir central est mis à l'arrêt au bénéfice du lavoir de Pfannenberg, une installation plus fonctionnelle et plus rentable.
A partir de 1961, un plan global amène au licenciement de milliers de mineurs et la Erzbergbau Siegerland AG décide de ne garder que trois mines en activité. Le cumul de production atteint alors un million de tonnes de minerai par an pour 1.500 mineurs.
En 1964, grube Eupel est mis à l'arrêt et c'est le 21 mai 1965 que les deux dernières mines de la société, grube Georg et Eisenerzgrube Füsseberg - Friedrich Wilhelm, ferment leurs portes, mettant fin à des siècles d'extractions du fer dans le Siegerland.

      Petit reportage sur les derniers vestiges de grube Georg, l'une des mines de fer les plus importantes du Siegerland.

Copyright (c) / Photos by Nicolas Elias, Xavier Fer & Laura Dambremont