banner


L'empire Cockerill débuta réellement en 1797 lorsque William Cockerill, un constructeur de machines textiles originaire d'Angleterre, se rendit à Verviers pour conclure un contrat avec les filatures locales.
La venue de William dans la région contribuera 
durant des décennies à l'essor industriel de la région. En 1807, à la fin de son contrat avec les filatures, il décide de s'implanter à Liège pour fonder un atelier de construction de machines à tisser. Le succès de cette entreprise fut exponentiel mais l'industriel décide de se retirer des affaire en 1812, laissant la succession à ses fils John et Charles-James.
William mourut à Aix-la-Chapelle en 1837.

En 1817, les frères Cockerill achètent l'ancienne résidence des Princes-Evêques de Liège située à Seraing et décident de fonder une entreprise sidérurgique. En 1823, Charles-James cède ses parts à John qui devient le seul propriétaire.
L'entreprise s'agrandit significativement après 1825, lorsque John décide de faire construire son premier haut-fourneau ainsi que des fonderies, des forges, des laminoirs et des ateliers de constructions mécaniques.
L'agrandissement du réseau ferroviaire belge offre à la société un essor magistral qui se lance dans la construction de rails, de wagons et de locomotives.
Dès 1838, la société Cockerill contribue à faire de la Belgique la deuxième puissance industrielle du monde après l'Angleterre.
John Cockerill meurt en 1840, emporté par la fièvre typhoïde à l'âge de 50ans.

Les héritiers de John fondent alors la S.A. John Cockerill et sectionnent l'entreprise en plusieurs divisions.

- La Division Houillère
- La Division Minière
- La Division Fonderie
- La Division Fabrique de Fer
- La Division Ateliers de Constructions

Suite à la seconde guerre mondiale, l'entreprise est en difficulté et décide alors de fusionner avec la S.A. d'Ougrée-Marihaye en 1955 puis avec les Forges de la Providence, située dans le bassin Carolorégien,  en 1970.
Ce regroupement s'accélère durant la crise économique des années 70-80, Cockerill fusionne alors avec la société Hainaut-Sambre et prend alors le nom de Cockerill-Sambre.
Les difficultés sont malheureusement trop importantes et la société est alors rachetée par l'Etat belge avant d'être reprise par Usinor en 1998 puis par Arcelor en 2002.
Ce groupe fut à son tour racheté par Mittal Steel en 2006 pour devenir finalement Arcelor-Mittal. Après la fermeture des installations Carolorégiennes, Mittal scella le destin de la phase à chaud liégeoise après l'annonce de la fermeture des installations en 2011.

      Visite des Forges de la Providence, devenues un hall d'exposition. ...............................

      Visite du bureau d'étude de Cockerill-Sambre à Marchienne-au-Pont.

      Visite des vestiaires de la Providence à Marchienne-au-Pont.

      Visite du vestiaire Thiebaut, l'ancien vestiaire du Train 600.

      Visite des grands bureaux de la société Hainaut-Sambre.

      Visite du train 380, le plus long hall abandonné de Belgique.

      Visite des installations du haut-fourneau N°6 de Seraing.

      Revivez les derniers instants du HF6. C'était le 17 décembre 2016.

      Visite des installations de criblage de Cockerill Sambre à Seraing.

      Visite du théâtre Cockerill, un magnifique bâtiment qui a malheureusement subi de lourds dommages.

Copyright (c) / Photos by Nicolas Elias, Xavier Fer & Laura Dambremont