banner
Allemagne - Land Thüringen

Potasse  Sel

Karl Liebknecht Glück Auf Bernterode


Kaliwerk Karl Liebknecht



À la fin du 19ème siècle, alors que des dizaines de sondages fructueux ont eu lieu dans la région frontalière située entre le Harz et la Thuringe, fut fondée la mine de potasse royale de Prusse. Située à Bleicherode, cette mine est située sur un gisement constitué à l'ère tertiaire et constitué de 22 sels minéraux différents. Le bassin potassique situé au sud du Harz est en fait le prolongement de la kalirevier, il s'étend de Bischofferode au nord-ouest à Göllingen à l'est, à cette époque la région compte 33 puits dont certains fonçés sans nécessité technique, en tant que puits à quota. Entre 1899 et 1903, deux puits sont fonçés sur le nouveau siège Karl Liebknecht, du nom du politicien social-démocrate allemand (1871-1919), à Bleicherode et sont baptisés Velsen I et II, du nom de l'ingénieur en chef des mines Gustav Von Velsen (1847-1923). En 1904, les puits entrent en production, aidés par l'utilisation de perceuses électriques, d'explosifs non-brevetés et de locomotives électriques, des procédés extrêmement novateurs pour l'époque.
En 1924, après le remplacement des chevalements en bois par des structures en acier, Karl Liebknecht est reprise par la Kaliwerk Preußag Bleicherode. C'est à cette période que l'Allemagne fait face à une grave crise de surproduction. Celle-ci entraîne une ordonnance de déclassement qui sera fatale pour les plus petites mines du bassin, les plus performantes n'arrivant à survivre qu'au prix d'une modernisation intensive et coûteuse entraînant de nombreux licenciements. Le développement de la potasse sera par la suite grandement influencé par la seconde guerre mondiale. En effet, la majorité des sociétés salicoles et potassiques de la région furent saisies par l'administration militaire soviétique pour l'Allemagne afin d'épancher l'immense dette de guerre, les bénéfices de ces sociétés étant transférés dans diverses sociétés anonymes soviétiques.

Après la proclamation de la République Démocratique d'Allemagne, en 1949, les mines furent progressivement récupérées par l'Allemagne. La mine prend alors le nom de VEB "Karl Liebknecht" Bleicherode avant d'être placée sous une administration centrale du nom de Kombinat Kali en 1970. Ce groupement reprenait une très grande partie des mines de sel et de potasse dans une zone allant de Zielitz à la Werra, les différentes sociétés composant ce groupement étant la VEB Kalibetrieb Zielitz, la VEB Fluß- und Schwerspatbetrieb Lengenfeld, la VEB Kali und Steinsalzbetrieb Saale – Staßfurt, la VEB Kalibetrieb Werra – Merkers ainsi que la VEB Kalibetrieb Südharz – Sondershausen dont fait partie le siège Karl Liebknecht. La production du Kombinat Kali était énorme et remplissait très largement les besoins en minerais de la RDA, le surplus étant exporté vers les pays du bloc soviétique. Cette période de prospérité entraîne une très nette amélioration de la qualité de vie des travailleurs dont le salaire augmente considérablement. En 1985, on estime la production locale à plus de 3.5 millions de tonnes de potasse, ce qui en fait le troisième producteur mondial derrière le Canada et l'Union Soviétique. Après la chute de la RDA, les marchés d'Europe de l'Est s'effondrèrent, entraînant une très forte diminution de la production La VEB "Karl Liebknecht". Bleicherode prend alors le nom de Kali Südharz AG / Bergwerk Bleicherode mais elle ne se releva jamais et ferma ses portes à peine un an plus tard.
Le siège fut repris en 1996 par la NDH Entsorgungsbetreibergesellschaft mbH, une entreprise gérant l'enfouissement de déchets intraitables provenant principalement de fonderies, d'incinérateurs et de centrales électriques. Le siège est à présent classé et fait partie sans conteste des plus beaux sièges d'Allemagne.

      Reportage sur le siège Karl Liebknecht, une splendeur visitée au coucher du soleil.

      Reportage sur le puits Althans, un petit siège perdu dans les champs.


Copyright (c) / Photos by Nicolas Elias, Xavier Fer & Laura Dambremont