banner
France - Bassin du Nord

Charbon


Aniche Escarpelle Marles
Anzin Lens Noeux
Douchy Liévin Oignies


Le Groupe d'Oignies



La concession de Dourges, d'une superficie de 3787 hectares, fut accordée en 1852.
La Compagnie des Mines de Dourges ouvre très vite un premier puits à Henin-Liétard, sur l'emplacement d'un ancien sondage et en 1858, un second puits fut foncé. Ces fosses ne produisent que 60.000 tonnes en 1862 mais l'extraction se développe petit à petit.

En 1880, trois fosses sont en exploitation et au début du 20ème siècle, ces fosses produisent environ 600.000 tonnes de charbon pour 3442 ouvriers dont deux femmes et 600 enfants.
La compagnie possède alors un triage-lavoir, soixante fours à coke ainsi qu'un quai d'embarquement et sept kilomètres de voies ferrées.
Pendant la première guerre mondiale, les puits sont minés et noyés. Les allemands détruisent la totalité des installations de la compagnie, réduisant à néant la production.

Les sièges sont alors reconstruits et modernisés. En 1938, la production est de 1.745.862 tonnes de charbon, 282.661 tonnes de coke et 37.000 tonnes de boulets. La compagnie emploie alors 8.806 ouvriers et possède un triage pour chaque fosse, deux lavoirs, trois batteries de 130 fours à coke, une usine de récupération de goudron ainsi qu'une usine à boulets.

La compagnie est nationalisée  en 1946 et rejoint le Groupe de Oignies avec la Compagnie des Mines d'Ostricourt, active depuis 1860, et la Compagnie des Mines de Carvin, active depuis 1857.
En 1961, la fosse N°10 commence à extraire. Celle-ci centralise les productions des sièges N°2, N°8 et N°9 mais elle cessera à son tour de produire 21 décembre 1990.

      Reportage sur la splendide machine d'extraction du puits N°2 des Mines d'Ostricourt.

      Reportage le siège N°8 des Mines de Dourges.

      Reportage sur le siège 9-9Bis des Mines de Dourges.

      Reportage sur le bornes de puits du Groupe d'Oignies.


Copyright (c) / Photos by Nicolas Elias, Xavier Fer & Laura Dambremont