banner


En 1804, Charles-Alexandre de Gavre, seigneur de Monceau, décide de foncer quelques cayats avec des associés.
La société de Monceau-Fontaine était née. Sa concession comprend 1.748 hectares et fut accordée en 1846. Elle s'étend alors sous Fontaine-l'Évêque, Forchies-la-Marche, Jumet, Marchienne, Landelies, Souvret et Courcelles.

En 1852, la société rachète le charbonnage du Martinet qui exploite une concession de 350 hectares sous Roux et Monceau puis obtient une extension de 250 hectares avant de reprendre la compagnie des Charbonnages de Piéton-Centre en 1874, ce qui apporte un supplément de 650 hectares.
La concession de Monceau-Fontaine détenait alors 2941 hectares.

En 1885, elle fit l'acquisition de la société anonyme de Forchies puis des Charbonnages de Carnières-Sud et Viernoy faisant d'elle la plus importante concession minière du pays.
En 1908, la société rachète la S.A. du Charbonnage de Marchienne et prit alors le nom de Société Anonyme des Charbonnages de Monceau-Fontaine.

Suite à la première guerre mondiale et dans le but d'augmenter sa production, la société met en service le Triage Lavoir Central.
Celui-ci a une capacité de 5.000 tonnes par jour, l'acheminement se fait depuis le puits du Martinet par traction des berlines et se fait soit à l'aide d'un télébenne ou via la gare de formation de Monceau pour les autres puits.
La société emploie alors près de 5.000 ouvriers qui produisent 800.000 tonnes de charbon.

En 1931, Monceau-Fontaine fusionne avec la S.A. des Charbonnages de Marcinelle-Nord, fondée en 1826.
La concession s'agrandit alors de près de 2.500 hectares sous Marchienne-au-Pont, Montignies-sur-Sambre, Couillet et Loverval.
En 1939, la production annuelle dépasse alors les deux millions de tonnes.

Après la deuxième guerre Mondiale, la société absorbe la S.A. des Charbonnages du Nord de Charleroi et s'agrandit d'une nouvelle zone de 928 hectares. La superficie totale à cette époque était de 7260 hectares sous 25 communes.
Par la suite, elle décida de fermer ses sièges les moins rentables et en 1958, Monceau Fontaine produit encore 1 398 300 tonnes soit 6 % du total belge

La société fut ensuite gérée par la Société Générale de Belgique mais les fermetures se succédèrent et c'est en 1980 que ferma le siège N°17, dernier charbonnage de la société.


      Reportage sur le siège du N°3 de la S.A. de Monceau-Fontaine, aussi nommé : Petit-Martinet.

      Reportage sur les vestiges du Martinet, le N°4 de Monceau-Fontaine.

      Reportage sur le siège N°25 dit " le Péchon".

      Galerie contenant un reportage sur les vestiges de la centrale électrique de la société ainsi que sur les archives récupérées sur place.

      Galerie contenant les petits vestiges ainsi que les bornes de puits de la société.

      Petit récit du sauveteur Pierre-Joseph Vatlet.

Copyright (c) / Photos by Nicolas Elias, Xavier Fer & Laura Dambremont