banner


La ligne à chaud de Charleroi reprise par Duferco au 21ème siècle existe depuis le 19ème siècle mais c'est dans les années 60 que les haut-fourneau 4 et 5 sont mis en service. Ensemble, ils produiront plus de 10.000 tonnes de fontes par jour avant d'être modernisés en 1989. Malheureusement, les tarifs de réfections sont astronomiques et le HF5, dont les coûts d'une nouvelle modernisation avoisinent alors les trois milliards de francs, fut éteint en 1996 et détruit en 2001.

C'est également en 2001 que Cockerill Sambre cède la ligne à chaud de Charleroi au groupe italien Duferco. Cette ligne à chaud comprend un haut-fourneau, une cokerie, une agglomération, une centrale électrique, une aciérie ainsi que quelques annexes.
Carsid était né mais en 2008, la cokerie ferme ses portes et prive l'usine de coke qui fut alors importé de Russie jusqu'à l'arrêt final du haut-fourneau la même année.
Malgré plusieurs tentatives de reprises, Carsid ferma finalement ses portes en 2012. Les travaux de démantèlement de la cokerie débutèrent en 2015 tandis que l'agglomération est destinée à une nouvelle fonction industrielle. Quant au haut fourneau 4 est toujours là en 2016 et un projet de sauvegarde est en cours.

      Visite du HF4 par un temps épouvantable.

      Visite de l'aciérie OBM, à l'époque où elle tournait encore. Un grand moment.

      Visite de l'agglmomération et des silos de stockage.

      Visite de la cokerie et de ses annexes. .............................................................

      Visite de l'atelier des wagons torpilles.

      Visite du chantier 44, un stock de matières premières à ciel ouvert.

Copyright (c) / Photos by Nicolas Elias, Xavier Fer & Laura Dambremont