banner
Allemagne - Bassin Sarrois

Charbon


Warndt / Luisenthal Göttelborn
Reden


Grube Reden



Les premières traces de cette mine datent de 1846. Il s'agit à la base d'une extention de Grube Heinitz, un charbonnage situé à Neunkirchen mais, dès 1850, cette extension devient autonome et prend le nom de grube Reden, d'après le nom du ministre prussien Friedrich Wilhelm Von Reden. Deux nouveaux puits sont alors foncés et le charbonnage prend rapidement son envol.
En 1864, un coup de grisou tue 35 mineurs. Il est donc décidé de creuser un quatrième puits destiné à l'aérage. Ces travaux seront malheureusement insuffisants puisqu'en 1907, une nouvelle explosion tue 150 ouvriers.
A la veille de la première guerre mondiale, un cinquième puits est foncé.

A la fin de la guerre, la Sarre passe sous contrôle français et Reden devient un siège des Mines Domaniales Françaises. Cependant, la région est rapidement restituée à l'Allemagne et en 1935, Hermann Göring visite la mine. Rapidement, le troisième Reich décide d'étendre et de moderniser le charbonnage pour en faire un des sièges les plus modernes et les plus rentables du pays. A la fin de la guerre, plus de 8.000 personnes travaillent à Reden.

En 1959, le charbonnage absorbe Grube Itzenplitz, un des sièges les plus importants du bassin et à la fin des années 80, c'est au tour de Camphausen d'intégrer Reden. Le groupe fut par la suite repris la mine de l'Est en 1995.
Reden ne sert alors plus que pour le transport du matériel et sera définitivement fermé le 1er septembre 2000.


      Reportage sur le magnifique siège de Reden et sur ses cinq machines d'extraction............................

      Reportage sur le chevalement de grube Konig.

      Reportage sur le siège d'Itzenplitz, un des plus beaux vestiges de la Sarre.

      Reportage sur le siège Gegenort.

      Reportage sur le petit charbonnage d'Erkershohe, un ancien siège de Grube Maybach.

      Reportage sur le siège Camphausen.

Copyright (c) / Photos by Nicolas Elias, Xavier Fer & Laura Dambremont