banner
Allemagne - Bassin du Niedersachsen

 Fer  Charbon  Sel

Barsinghausen


Steinkohlenbergwerks Barsinghausen



Pour répondre à la demande croissante de charbon dans le nord du pays, le royaume de Prusse décide de réaliser des sondages à l'est de la Ruhr. En effet, il est de notoriété publique que ces régions abritent d'importants gisements houillers, les premières traces d'extraction remontant à 1639, au sud de barsinghausen. En 1830, un gisement prometteur est découvert dans le Deister, une chaine montagneuse située au sud-ouest d'Hanovre. En 1856, un tunnel à flanc de coteau est inauguré sur les terres de la chambre monastique d'Hanovre, à Barsinghausen. Le tunnel fut baptisé Kloster Stollen et commença à produire dès 1869 sous la supervision de la Preussag AG, la mine étant devenue entre-temps la propriété du ministère des finances royales d'Hanovre.  Les veines étant situées à 1474 mètres de l'entrée, des chevaux sont achetés par la mine qui gagne alors grandement en rentabilité. Les venues d'eau sont malheureusement très importantes et, malgré le fonçage de plusieurs puisards, les chantiers sont régulièrement inondés. Il fut alors décidé de foncer trois puits verticaux. Les travaux préparatoires commencèrent dès 1888 et en l'espace de dix ans, les conditions de travail furent grandement améliorées. À l'aube du 20ème siècle, la direction décide de moderniser le siège, un nouveau triage / lavoir est inauguré ainsi qu'une cokerie moderne, la mine prend alors le nom de Steinkohlenbergwerks Barsinghausen. A cette époque, alors que 2.300 mineurs sont employés dans les chantiers de la mine, on estime à 50% le pourcentage de la population économiquement dépendante de l'extraction du charbon dans le Deister.

Dans les années précédant la première guerre mondiale, l'exploitation atteint son apogée avec une production annuelle de 500.000 tonnes.
En 1921, l'exploitation par la Kloster stollen s'arrête définitivement. Cependant, les trois nouveaux puits continuent à extraire et, en 1923, l'occupation française de la Ruhr participe fortement à l'essor de l'industrie extractive en Basse saxe. Pour éviter une pénurie de personnel dans ce moment crucial, la Niedersächsische Heimstätte GmbH fait construire 160 petites maisons de pierres aux abords de Barsinghausen, ce qui a pour effet d'augmenter la population locale à près de 5.800 habitants. Dans le but d'acheminer le minerais au plus vite, des avions sont mis à profit à raison d'une dizaine d'aller-retour vers Hanovre par jour. Les avions à charbon seront malheureusement réquisitionnés lors de la seconde guerre mondiale mais la mine continue à produire tout en évitant les représailles par les alliés du fait de son isolement et de sa taille modeste. La relance économique d'après guerre met malgré tout à mal l'entreprise qui n'arrive plus à rentabiliser ses extractions face à la puissance du bassin de la Ruhr.
Des discussions sur l'avenir de l'industrie houillère en Basse Saxe furent menées au sein du conseil de surveillance de la Preussag AG et,  Petit à petit, les mines plus modestes du Deister fermèrent leurs portes. C'est finalement en 1950 que les chantiers cessent définitivement à Barsinghausen.


      Reportage sur les vestiges du siège de la Steinkohlenbergwerks Barsinghausen.
Copyright (c) / Photos by Nicolas Elias, Xavier Fer & Laura Dambremont