banner
Allemagne - Land Thüringen

Potasse  Sel

Karl Liebknecht Glück Auf Bernterode


Kaliwerk Glückauf Sondershausen



Le 13 mars 1891, un entrepreneur dortmundois, Heinrich Brügman, introduit une demande de concession auprès de la Prusse. Brügman souhaite sonder la région de Sondershausen, située au sud du Harz en Thuringe, dont la présence de gisements salicoles se précisent de plus en plus. Brügman obtient une concession en juin 1891 et deux mois plus tard, le premier sondage débute. Le 1er décembre 1891, une couche de sel gemme d'une épaisseur de 10m est atteinte à 465m de profondeur.
Six mois plus tard, un gisement de carnallite de 25m d'épaisseur est découvert 200m plus bas et c'est finalement à 700m de profondeur que le puits de recherche s'arrêta. À cette époque, la Prusse possédait le Kalimonopol et souhaitait centraliser ses mines pour maximiser la production. Elle décida donc de bloquer 25 autres demandes de concessions minières dans la région et d'accorder la superficie gagnée à Brügman qui gagna dès lors une concession de 519.126km² ainsi qu'un permis pour fonder l'unique mine de la principauté de Schwarzburg-Sondershausen, Glückauf-Sondershausen qui fut finalement créée le 9 février 1893 en association avec les banques de Schaafhausen pour un montant de 4.976.094 Mark. Malheureusement, Heinrich Brügman meurt de la grippe en décembre de la même année, le premier puits de production de la société prend alors sont nom : Brügmanschacht. Les premières berlines de potasse remontent au jour en 1896, la potasse étant traitée dans d'autres mines. Une usine de traitement ne verra le jour qu'en 1898 à Sondershausen qui se spécialisa dans la fabrication de granulés de chlorure de potassium, utilisé comme engrais agricole.

Entre 1899 et 1901, un calcul de quota par puits de production freine considérablement la production de la société. Pour palier à ce problème, le ministre d'État Petersen plaide en faveur d'un second puits. Nommé en son honneur, le Petersenschacht est inauguré en octobre 1909 à proximité du village de Bebra. La société prend alors le nom de Gewerkschaft Glückauf-Bebra. La structure du siège Petersen est un mélange entre l'architecture traditionnelle allemande et l'architecture industrielle, le chevalement étant lui même inspiré par la Tour Eiffel. D'une hauteur de 44m, ce puits devient rapidement l'un des quatre puits de potasse les plus rentables d'Allemagne.
Pendant la construction du siège numéro 2, plusieurs autres puits furent foncés et en 1910, la Gewerkschaft Glückauf-Bebra comprend six puits répandus sur quatre sièges.

Les puits sont répartis comme ceci :

- Glückauf - Sondershausen
    
Schacht I - Brügman
- Glückauf - Bebra
     Schacht II - Petersen
- Glückauf - Berka
    • Schacht III - Müser
- Glückauf - Ost
     Schacht IV - Raude
     Schacht V - Esser
     Schacht VI - Nesse

En 1914, la société devient un membre de la Kali-Konzern et se classe alors à la dixième place des 29 sociétés potassiques principales que compte le pays. Ces 29 compagnies couvraient alors 82% du cumul de production national. La première guerre mondiale apporte de grandes restrictions à la société, la production ainsi que les bénéfices chutent drastiquement et, rapidement, le personnel vient à manquer. La majorité des puits sont mis à l'arrêt à l'exception des puits Brügman et Raude dont les productions restèrent malgré tout très irrégulières.
Après la guerre, sous la République de Weimar, un nouveau règlement fut adopté par l'ensemble de l'industrie salicole et potassique et la Gewerkschaft Glückauf-Bebra perdit son indépendance économique, elle fut ensuite reprise par la société de financement Kali-Industrie AG appartenant au groupe Wintershall après 34ans d'existence.
Entre 1937 et 1938, le siège Glückauf - Ost est réquisitionné par l'armée, il servira d'avant-poste et de stockage de munition jusqu'à la fin du conflit. Après l'armistice, la société fut confisquée par l'Union Soviétique qui utilisa les bénéfices de production pour épancher la dette de guerre. Après la proclamation de la République Démocratique d'Allemagne, la société fut reprise par le land de Thuringe et prend le nom de Kaliwerk Glückauf Sondershausen. Cette période fut propice à la modernisation des sièges et en 1989, la production totale de la société est de 2.299.400 tonnes de minerais. Elle fut reprise en 1992 par la GVV mbH ( Gesellschaft zur Verwahrung und Verwertung von stillgelegten Bergwerksbetrieben mbH ) puis par la GSES GmbH ( Glückauf Sondershausen Entwicklungs und Sicherungsgesellschaft mbH ) en 1995. Depuis, seul les puits 1 et 5 sont encore en fonction, la société se concentre dès lors sur :

- L'extraction du sel gemme,
- L'enfouissement des déchets industriels,
- Le remblayage,
- Le secteur touristique.

Seuls les matériaux non organiques, solides et non gazeux sont stockés dans la mine. Il peut s'agir de produits provenant d'usines d'incinération de déchets ou des industries du verre, du métal ou du plastique.
Quant au secteur touristique, il offre une visite des anciens chantiers à 670 mètres de profondeur ainsi qu'une balade en bateau sur un lac souterrain. La mine possède également une salle de bowling ainsi que la salle de concert la plus profonde du monde.

Erlebnisbergwerk-Betreibergesellschaft mbH
Schachtstraße 20
99706 Sondershausen
https://www.erlebnisbergwerk.com

      Reportage sur la surface et sur le fond du siège N°1 de la Kaliwerk Glûck Auf Sondershausen.

      Reportage sur le siège N°2 et sur le splendide chevalement du puits Petersen.

      Reportage sur le siège N°5 et sur sa machine d'extraction.


Copyright (c) / Photos by Nicolas Elias, Xavier Fer & Laura Dambremont