banner


En mai 1862, une concession charbonnière située à l'ouest du Rhin fut accordée au baron Friedrich von Diergardt, à Ferdinand Stein ainsi qu'à Wilhelm Königs. Cette concession de près de 94km² fut ensuite divisée en trois, la partie la plus orientale devenant Friedrich Heinrich. Entre 1901 et 1904, plusieurs forages furent effectués et en 1906, la Friedrich Heinrich AG fut fondée. Les puits un et deux, situés dans une zone très sablonneuse, sont foncés grâce à la technique de congélation du sol. Ils seront opérationnels dès 1909.
La même année, une extension de concession permet de foncer le puits N°3. La superficie totale de la société est à présent de 43.8 km².
En 1912, les installations du siège central sont agrandies et complétées par des ateliers, une sous-station électrique ainsi qu'un lavoir à charbon. C'est cette année là que fut également construite une batterie de fours à coke, située à proximité directe des puits.
En 1914, la société française "Les Petit-Fils de François de Wendel & Cie" devient actionnaire majoritaire de la Friedrich Heinrich AG mais la première guerre mondiale eut des conséquences importantes sur le charbonnage. Les installations sont relativement épargnées mais les français perdent leur conseil de surveillance, forçant la direction à vendre la mine qui passe alors dans les mains de la Rheinische Stahlwerke AG.
Cependant, les français reviennent à la charge et en 1924, Humbert de Wendel devient le nouveau président du conseil. La famille de Wendel détient alors plus de 80% des parts de la mine.

En 1937, Friedrich Heinrich participe au développement exponentiel de zeche Heinrich Robert, futur pilier de la Bergwerk Ost. La croissance de ces deux sociétés, situées de part et d'autre du bassin, contribuera grandement à l'essor de la Ruhr toute entière.
En 1938, le niveau maximal est atteint pour le puits N°3 - Norddeutschland qui restera le plus profond de la société avec ses 1022 mètres. En 1943, des travaux de foncage sont effectués pour le puits quatre mais la seconde guerre mondiale ralentira considérablement l'avancée. Ce conflit causa de lourds dommages aux différents sièges, la cokerie fut presque entièrement rasée et Friedrich Heinrich 1 / 2 doit être en partie reconstruit. Les installations furent ensuite placées sous la tutelle des alliés et c'est à la fin de l'année 1945 que la reconstruction débuta.
La cokerie fut entièrement reconstruite et modernisée en 1947 mais le changement le plus significatif est l'érection, en 1956, d'une gigantesque tour équipée de deux machines d'extraction sur le puits N°1. Suite à divers agrandissements et aménagements, la société possède désormais 188 km² de concession.
En 1969, malgré d'âpres négociations avec la famille de Wendel, Friedrich Heinrich est absorbée par la Ruhrkohle AG. En 1976, Une liaison est réalisée avec les sièges Pattberg et Rossenray, deux charbonnages de la Verbundbergwerk Rheinland. La fusion de ces deux sociétés engendra la plus grosse compagnie charbonnière du secteur : Bergwerk West.

Pattberg sera fermé et détruit dans les années 90 et c'est en 2006 que la triste série continue avec l'arrêt du puits Norddeutschland.
C'est finalement fin 2012 que les sièges Rossenray, Friedrich Heinrich 1/2 et Friedrich Heinrich 4 ferment leurs portes.
Friedrich Heinrich 1/2 est actuellement en reconversion et dans les années à venir, la tour d'extraction et le chevalement trôneront au milieu d'un parc de plusieurs hectares.
Friedrich Heinrich 4 fut démoli en 2017 et Rossenray connaîtra malheureusement le même destin.

      Visite des installations du siège Friedrich Heinrich, le plus gros site de la région de Kamp-Lintfort.

      Reportage sur le puits Norddeutschland.

      Petit reportage sur le siège Rossenray, un magnifique charbonnage qui est malheureusement en démolition. ........................................ 

Copyright (c) / Photos by Nicolas Elias, Xavier Fer & Laura Dambremont