banner


Le fonçage du puits N°1 débuta en 1872 et la première couche exploitable fut découverte à 464 mètres de profondeurs.
Les premières berlines remontent dès 1877 et en 1884, le puits est approfondi jusqu'à 624 mètres, devenant à l'époque, le plus profond du bassin.

En 1892, un deuxième chevalement est construit sur le puits d'aérage et en 1895, un nouveau siège voit le jour à Gelsenkirchen, le siège 3 / 4.
Quant aux puits 5 et 6, ils furent mis en service à l'aube de la première guerre mondiale.
Durant la seconde guerre mondiale, la demande en charbon est telle qu'un nouveau puits fut foncé, les installations de surfaces sont modernisées et un nouveau puits d'aérage est foncé pour le siège 3 / 4.

En 1969, Ewald fusionne avec Zeche Recklinghausen puis, en 1989, avec Zeche Schlägel und Eisen et enfin avec Zeche Hugo en 1997.
La société prend alors le nom de Bergwerk Ewald / Hugo et possède alors 21 puits fonctionnels qui furent tous fermés les uns après les autres jusqu'en 2001, année où la société ferma définitivement ses portes.

Je remercie Xavier pour ses photos du chevalement du puits 7 de Schlägel und Eisen, démoli avant mon premier passage.

      Reportage sur le siège 1 / 2 / 7 des charbonnages d'Ewald, un magnifique site composé d'un chevalement classique, d'un portique ainsi que d'une tour malakoff.

      Reportage sur le siège 2 / 5 / 8 de zeche Hugo, C'est le premier vestige que j'ai visité dans la Ruhr.

      Reportage sur le siège 3 / 4 / 7 de Schlägel und Eisen, un site en pleine reconversion.

      Reportage sur l'énorme machine à vapeur du siège 5 / 6 de Schlägel und Eisen.

      Reportage sur le siège N°2 de Zeche Recklinghausen.

Copyright (c) / Photos by Nicolas Elias, Xavier Fer & Laura Dambremont